Une collection végétale nationale

Culture

Espace professionnel | Les fiches culture | L'eau | Qualité chimique de l´eau utilisée pour l´irrigation ou la fertilisation

L'eau

Qualité chimique de l´eau utilisée pour l´irrigation ou la fertilisation

Il est impérieux d'effectuer une analyse chimique complète, des macro et micro-éléments contenus dans l'eau d'irrigation.

Et pouvoir ainsi corriger le pH et programmer une conductivité de manière raisonnée.

> Qualité chimique de l'eau utilisée pour l'irrigation ou la fertilisation

Avant toute utilisation, il est nécessaire de pratiquer une analyse chimique de l'eau brute disponible dans l'établissement. En effet, l'eau n'est jamais complètement pure, elle se charge en éléments minéraux en provenance des matériaux qu'elle traverse ou de ceux qui la contiennent. L'analyse permet de préciser quels éléments sont présents et en quelle quantité.

En fonction des résultats de cette analyse, on pourra déterminer si l'on peut retenir cette eau pour l'irrigation et déduire les quantités d'éléments nutritifs à apporter en complément de ceux déjà présents dans l'eau. La quantité d'éléments à apporter est égale à la quantité préconisée moins celle apportée par l'eau.

La qualité de l'eau brute peut varier dans le temps et les analyses seront donc plus ou moins fréquentes en fonction de ce paramètre. Les analyses de l'eau doivent être confiées à un laboratoire spécialisé compétent dans ce domaine.

 

Les analyses peuvent porter sur le pH, l'EC, la concentration en macro (azote, phosphore, potassium, soufre, calcium et magnésium) et oligoéléments (bore, cuivre, fer manganèse, molybdène, zinc). Il est important de conserver le même laboratoire pour effectuer les analyses au cours de l'année. En effet, les techniques et les matériels d'analyse peuvent varier d'un laboratoire à l'autre et de ce fait les échantillons peuvent ne pas fournir tout à fait les mêmes résultats. Ceci n'est pas trop problématique, puisque c'est principalement les différences constatées entre analyses successives qui ont leur importance.

 

Le pH de l'eau pure est de 7. Mais, en général, les eaux naturelles sont très riches en carbonates (HCO3-), associés principalement au calcium. Le pH est alors plus alcalin et peutpénaliser l'absorption minérale du végétal en bloquant les ions (fer et oligoéléments). Des dépôts calcaires peuvent également se maintenir sur les feuilles en cas d'irrigation par aspersion.

Il peut également y avoir des ions chlorure, nitrate et sulfate qui vont renforcer la dureté de l'eau.

 

Le pH peut être abaissé par l'ajout d'acide jusqu'à la valeur désirée. Dans des conditions de pH légèrement acide (5,6-5,8), la disponibilité des éléments minéraux est meilleure.

Lorsque les eaux utilisées pour fabriquer la solution nutritive sont riches en carbonates, le pouvoir tampon est élevé. Il est nécessaire d'apporter beaucoup d'acide pour faire baisser le pH. Inversement, l'existence de ce pouvoir tampon s'oppose aux fortes variations de pH qui peuvent être à l'origine de la précipitation des ions.

 

Un autre problème peut être la salinité due au chlorure de sodium (Na+ et Cl-). Ces deux ions ne sont pas indispensables aux végétaux et peuvent s'accumuler dans les substrats. Mais ils posent rarement des problèmes de phytotoxicité.

 

Certains oligoéléments peuvent également être toxiques lorsqu'ils sont présents en excès. C'est le cas par exemple de l'aluminium, du manganèse, du cuivre, du zinc, du molybdène...

 

On estime que la teneur totale en sels minéraux de l'eau utilisée ne doit pas excéder 750 mg/l.

Les valeurs limites pour divers éléments sont les suivantes :

 

Chlore...................... jusqu'à 80 mg/l

Sodium.................... jusqu'à 60 mg/l

Sulfate..................... jusqu'à 150 mg/l

Nitrate...................... à partir de 50 mg/l (en tenir compte lors de l'application d'engrais)

Potassium................ à partir de 30 mg/l (en tenir compte lors de l'application d'engrais)

Calcium.................... jusqu'à 200 mg/l

Magnésium.............. à partir de 30 mg/l (en tenir compte lors de l'application d'engrais)

Fer........................... jusqu'à 0.5 mg/l

Manganèse.............. jusqu'à 0.5 mg/l

Bore......................... 0.5 à 1 mg/l

Zinc.......................... jusqu'à 0.5 mg/l

 

Enfin, les eaux peuvent contenir des résidus de produits phytosanitaires comme les herbicides. Ce sont les eaux de surface qui sont les principales concernées, mais ce phénomène reste relativement réduit.

Avertissement

Dans ce document, vous trouverez la description des méthodes de culture qui ont fait leurs preuves à la S.C.E.A. de Montourey (Fréjus / France) pour la culture du cyclamen. Ces méthodes se basent sur sa propre expérience ainsi que sur la connaissance et l’utilisation des ouvrages cités en référence. Cette expérience de la culture du cyclamen sous nos conditions climatiques peut nécessiter quelques adaptations sous d’autres conditions, les aléas naturels pouvant bien évidemment anéantir le résultat escompté et ce, même si la méthodologie a été strictement respectée.   Nous rappelons que ces conseils et suggestions ne sont proposés qu'à titre indicatif et ne sauraient par conséquent comporter une garantie de récolte. Il est préférable d’effectuer des essais préalables.

 

L'eau :

S.A.S Morel Diffusion

2565, rue de Montourey
83600 Fréjus - France

Téléphone international : +33 (0)4 94 19 73 04
Standard : + 33 (0)4 94 19 73 00
Fax : +33 (0)4 94 19 73 19

Contactez notre <br/> responsable technique
Contactez notre
responsable technique