Sélection de cyclamens Hybrides F1 Une collection végétale nationale

Culture

Espace professionnel | Les fiches culture | La solution nutritive | Qualité biologique de la solution nutritive

La solution nutritive

Qualité biologique de la solution nutritive

Suivant la qualité biologique de l'eau due à son origine, il peut s'ensuivre certains risques de contamination.

Il est bon d'effectuer des tests microbiologiques avant emploi.

> Qualité biologique de la solution nutritive

La solution nutritive, comme le substrat, se caractérise par une réceptivité élevée aux maladies. En début de culture, la microflore racinaire est trop réduite pour entrer éventuellement en compétition avec les agents pathogènes. La qualité microbiologique du substrat peut être contrôlée, ainsi que les différents ravageurs et vecteurs de maladies (tels les insectes) grâce aux règles prophylactiques et la lutte chimique. Ainsi, l'eau utilisée pour l'irrigation et la fabrication des solutions nutritives peut constituer la source majeure de contamination.

 

La qualité de l'eau doit donc être un facteur à contrôler. Pour ce faire, il faut déterminer des critères fiables, contrôlables durant toute la durée de la culture. La qualité biologique de l'eau dépend de son origine (réseau de distribution d'eau potable, eau de forage, eau de pluie, eau de réservoir ou de rivière). En général, les trois dernières sources d'approvisionnement fournissent une eau de qualité médiocre, avec une nuance toutefois pour l'eau de pluie dont la qualité est directement influencée par les conditions de stockage.

 

La solution nutritive elle-même doit subir des tests microbiologiques, afin de constater l'évolution des contaminations au cours du temps, notamment lorsque celle-ci est recyclée. Dans la pratique, il est possible de détecter les espèces microbiennes sous couvert que leur quantité ne soit pas inférieure au seuil de détection des méthodes utilisées. De plus, certains micro-organismes sont non cultivables.

Actuellement, les méthodes de détection se tournent vers l'utilisation d'anticorps spécifiquement dirigés contre les micro-organismes (méthode ELISA) ou l'amplification de l'ADN par la technique de PCR.

Mais de telles techniques permettent un dénombrement global des micro-organismes sans tenir compte du fait que certains ne sont pas pathogènes et que toutes les souches ne présentent pas le même degré de pathogénicité. Globalement, il est donc délicat d'évaluer les risques pathologiques réels associés à l'utilisation des solutions nutritives.

 

Pour réduire les risques, le recours aux traitements physique, chimique ou biologique peut être envisagé.

> Nature du traitement

1 > Physique

  • thermique par élévation de température à 95°C pendant 30 s puis refroidissement
  • ozonisation (onéreux) qui consiste à faire barboter dans l'ozone la solution nutritive (8 à 10 g/h/m3). Il est nécessaire de baisser la valeur du pH avant la désinfection (pH=4) et d'éliminer l'ozone après désinfection
  • irradiation aux U.V. (fonction de la densité optique de la solution, de la propreté et de l'âge des lampes)
  • filtration lente sur sable, à efficacité aléatoire. La partie supérieure du filtre doit être fréquemment renouvelée et le filtre doit être protégé de la lumière

2 > Chimique

L'introduction de produits phytosanitaires dans la solution nutritive est couramment utilisée par les producteurs.

3 > Biologique

Il ne porte que sur une partie de la solution nutritive et n'est jamais absolu. On peut envisager l'introduction d'organismes antagonistes.

 

Il faut de plus noter que la température de la solution nutritive elle-même joue un rôle dans la multiplication et le maintien des pathogènes (Lemanceau et al., 1995). Des travaux datant de 1995 ont également permis de montrer que la faible pression partielle en oxygène de la solution nutritive favorise certains Pythium qui deviennent alors plus agressifs.

> Bibliographie

LEMANCEAU P., LETARD M., STEINBERG C.- Qualité biologique de la solution nutritive. P.H.M. Revue Horticole, n°363, Octobre 1995, p. 24-29

Avertissement

Dans ce document, vous trouverez la description des méthodes de culture qui ont fait leurs preuves à la S.C.E.A. de Montourey (Fréjus / France) pour la culture du cyclamen. Ces méthodes se basent sur sa propre expérience ainsi que sur la connaissance et l’utilisation des ouvrages cités en référence. Cette expérience de la culture du cyclamen sous nos conditions climatiques peut nécessiter quelques adaptations sous d’autres conditions, les aléas naturels pouvant bien évidemment anéantir le résultat escompté et ce, même si la méthodologie a été strictement respectée.   Nous rappelons que ces conseils et suggestions ne sont proposés qu'à titre indicatif et ne sauraient par conséquent comporter une garantie de récolte. Il est préférable d’effectuer des essais préalables.

 

La solution nutritive :

S.A.S Morel Diffusion

2565, rue de Montourey
83600 Fréjus - France

Téléphone international : +33 (0)4 94 19 73 04
Standard : + 33 (0)4 94 19 73 00
Fax : +33 (0)4 94 19 73 19

Contactez notre <br/> responsable technique
Contactez notre
responsable technique